Montages dynamique et statique de volumes

8 février 2007

Télécharger en PDF



Table des matières

I.Le montage statique 1

1Le fichier /etc/fstab 1

a)Device et Point de montage 1

b)Type de système de fichier 2

c)Options de montage 2

d)Fréquence de sauvegarde et Ordre de vérification 3

2La commande mount 3

II.Le montage dynamique 3

1Description 3

a)autofs 3

b)automount 3

III.Configuration 4

1Le fichier /etc/auto.master 4

2Les associations pour automount 4

IV.Conclusion 5

V.Bibliographie 5



I.Le montage statique

1Le fichier /etc/fstab

Ce fichier est structuré en colonne :

<device> <point de montage> <type de système de fichier> <options de montage> <fréquence de sauvegarde> <ordre de vérification>



a)Device et Point de montage

<device> représente le périphérique physique qui contient la partition. Ce nom de fichier commence généralement par /dev/.

<point de montage> représente le dossier qui servira de racine à l'arborescence de fichier contenue dans la partition désignée par la première colonne.

Par exemple :

/dev/hda2 / ext2 defaults 1 1
/dev/hdb1 /home ext2 defaults 1 2

La première ligne signifie que /dev/hda2 contient la partition racine qui sera donc montée sur /.

La seconde précise que /dev/hdb1 contient la partition des fichiers personnels des utilisateurs et sera donc montée dans /home.

b)Type de système de fichier

Cette colonne permet d'indiquer le type du système de fichier de la partition désignée dans la première colonne :

c)Options de montage

Cette colonne contient une liste à virgule d'options de montage de la partition. Certaines options sont communes à tous les systèmes de fichiers (colonne 3) d'autres pas.

Voici une liste des options les plus utiles :

d)Fréquence de sauvegarde et Ordre de vérification

Comme vous le savez, les partitions devraient être sauvegardée de temps à autre...Pour cela, la cinquième colonne permet d'indiquer les partitions à sauvegarder. 0 signifie que la partition ne sera pas sauvegardée, 1 pour la sauvegarder.

Le sixième champ permet d'indiquer l'ordre dans lequel sera effectué la vérification des partitions. 0 indique que la partition ne sera pas vérifiée. 1 est généralement utiliser pour la partition root et 2 pour les autres partitions.

2La commande mount

La commande mount permet de réaliser la même chose que le fichier /etc/fstab mais n'importe quand, par root ou par un utilisateur quelconque.

mount -t <type du système de fichier> -o <options de montage> <device> <point de montage>

mount <point de montage>

II.Le montage dynamique

1Description

Note préliminaire : il se peut que la complétion automatique (touche TAB) ne fonctionne pas avec votre shell dans la mesure où la complétion ne provoque pas forcément un montage automatique.

a)autofs

Généralement, autofs est lancé dès le démarrage du système et arrêté à l'extinction (shutdown ou reboot). Il est toutefois possible à l'administrateur de le lancer ou l'arrêter "manuellement".


Comme tout service, /etc/init.d/autofs dispose des options start, stop, restart, reload (rechargement de la configuration) et status.


Lors du démarrage, autofs recherche des associations qui spécifient les points de montage dans le fichier de configuration /etc/auto.master. Il lance alors un automount par point de montage. Ensuite, autofs recherche les associations de NIS.


Toute mise à jour dans le fichier auto.master nécessite un restart du service autofs.

b)automount

automout fonctionne à partir d'un point de montage initial (que lui passe autofs lorsqu'il lance chaque instance d'automount) et une nouvelle association qui va décrire les possibilités de ce point de montage initial. L'association passée à automount contient les informations nécessaires à un usage (invisible pour l'utilisateur) de la commande mount pour monter automatiquement les systèmes de fichiers à partir de ce point de montage. Ce montage automatique est effectué dès qu'un utilisateur essaie d'effectuer une opération sur le point de montage.

Les systèmes de fichiers sont ensuite démontés automatiquement après une certaine période d'inactivité (le timeout par défaut est fixé à 5 minutes).

III.Configuration

La configuration se fait à l'aide de 2 types de fichiers :

1Le fichier /etc/auto.master

Voici le format de ce fichier lorsqu'il suit le format Sun (et pas hesiod).

C'est le fichier principal pour autofs. Chaque ligne décrit un point de montage et fait référence au fichier qui les candidats au montage sur ce point de montage. Enfin, un dernier champ permet de transmettre des options au mount qui sera exécuté par automount.

La syntaxe d'une ligne est la suivante :
<point de montage> <fichier d'association> [ -<liste à virgule des options de montage> ]

Exemple :

/home /etc/auto.home

/test /etc/auto.test --timeout 60, nosuid


Cela indique que automount va lire dans /etc/auto.test pour monter /test et dans /etc/auto.home pour monter /home.

2Les associations pour automount

La syntaxe de ce fichier est presque la même que pour le auto.master.

Le format de chaque ligne est le suivant :
<clé nom point montage> [ -<options de montage> ] <device>

<clé nom point montage> représente une clé ajoutée au point de montage défini dans auto.master. Cela signifie que le chemin d'accès à un fichier sera : /point-de-montage/clé/chemin/fichier

<options de montage> indique des options de montage supplémentaire pour la ligne.

<device> indique le périphérique physique réel qui contient la partition.

Par exemple, avec un fichier /etc/auto.test :

kernel   -ro,soft,intr         ftp.kernel.org:/pub/linux
cdrom    -fstype=iso9660,ro    :/dev/cdrom
floppy   -fstype=auto          :/dev/fd0
windows   -fstype=vfat          :/dev/hda1

Autofs sait accéder à un point de montage Nfs comme l'indique la première ligne.

Donc pour accéder à un fichier sur une disquette, on tapera simplement « cat /test/floppy/fichier ».

IV.Conclusion

Pour conclure, je dirais qu'autofs et automount permettent de se passer de se mettre en root à chaque fois que l'on veut accéder à une autre partition que / et/home...ce qui est déjà bien. Cela peut être utile pour des utilisateurs non réellement initiés à la configuration Linux.



V.Bibliographie

man fstab, man mount, man autofs, man automount

sharevb